Ressources


Ressources

Plus d’informations
Plus d’informations
Plus d’informations
Plus d’informations
Plus d’informations
Plus d’informations
Plus d’informations
Plus d’informations


Comprendre la COVID-19


En 2020, nous avons une nouvelle pandémie appelée COVID-19.

COVID-19 est l’acronyme de Corona Virus Disease (Covid) qui a été découvert en 2019. Il s’agit d’une maladie infectieuse causée par un nouveau coronavirus (nCoV). Ce type de virus doit son nom à son apparence rappelant une couronne (corona) et les scientifiques ont nommé ce nouveau coronavirus le SARS-CoV-2. Les coronavirus sont des virus enveloppés et leur “enveloppe” ou membre lipidique extérieure provient de la cellule hôte. Cette enveloppe aide le virus à survivre et à infecter d’autres cellules. Contrairement aux bactéries, les virus ne peuvent pas se répliquer en dehors d’un hôte humain. Le SARS-CoV-2 utilise les cellules hôtes pour répliquer son ADN.


Sensibilité aux désinfectants

Les virus enveloppés comme le SARS-CoV-2 sont très sensibles aux désinfectants, l’influenza étant l’un d’entre eux. Cela signifie qu’ils sont beaucoup plus faciles à inactiver que d’autres maladies comme les norovirus.

Il existe de nombreuses études émergentes sur les coronavirus, en particulier sur le SARS-CoV-2 (le virus qui cause la COVID-19). Nombre d’entre elles en arrivent à diverses conclusions dans des conditions de laboratoire.

Une des premières études, intitulée “Persistence of coronaviruses on inanimate surfaces and their inactivation with biocidal agents”, publiée en février 2020 dans le Journal of Hospital Infection, fait état de ce qui suit:

“… les coronavirus humains tels que le coronavirus du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), le coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS) ou les coronavirus humains endémiques (HCoV) peuvent persister jusqu’à neuf jours sur des surfaces inanimées comme le métal, le verre ou le plastique…”

“mais peuvent être efficacement inactivés en 1 minute par des procédures de désinfection des surfaces avec une solution d’éthanol 62 à 71 %, de peroxyde d’hydrogène 0,5 % ou d’hypochlorite de sodium 0,1 %.”

Ces concentrations soutiennent les affirmations de certains fabricants. En général, nous pouvons être sûrs qu’un désinfectant, à ces concentrations, sera efficace.

Désinfection et temps de contact

  • Un désinfectant comprendra des affirmations pour un spectre important de virus, de bactéries, de champignons, etc.
  • Le temps de contact pour chaque virus ou bactérie en particulier pourrait être différent, car certains sont tués plus rapidement que d’autres.
  • Lorsque nous appliquons le désinfectant pendant le “temps de contact”, nous indiquons que tous les agents pathogènes de la liste seront inactivés.

Terminologie et définitions

En expliquant nos services aux établissements, nous encourageons l’utilisation de certains termes:

Zone touchée – Fait référence à la zone désignée par le client contenant probablement la plus forte concentration de virus en surface en raison de la recherche des points de contact lors de l’accès des personnes infectées dans l’établissement.

Rechercher les points de contact – Le processus de repérage du trajet et des zones d’accès de la personne infectée dans l’établissement dans le but de repérer les points de contact prioritaires.

Point de contact – Toute surface qui est fréquemment touchée et qui peut être un véhicule potentiel de transmission d’agents pathogènes viraux.

Quatre niveaux de “propreté”

En fonction du type de “propreté” que vous recherchez, vous voudrez réévaluer votre stock de produits chimiques et leurs emplois.

Autres considérations :

  • Vous devriez choisir des désinfectants qui sont facilement accessibles ou qui proviennent d’un fournisseur local.
  • Vous devriez utiliser des produits chimiques qui ont un DIN qui figurent sur la liste de l’EPA, celle de Santé Canada ou qui ont une concentration d’ingrédients actifs fixée par le CDC.
  • Vérifiez souvent les listes gouvernementales, car elles sont constamment mises à jour.
  • Vous devez trouver un équilibre entre le besoin d’utiliser des désinfectants de haute qualité et le besoin et/ou les facteurs d’occupation de l’installation.

Tenez compte de ceci:

  • Certains désinfectants ont une odeur puissante
  • Ils peuvent entraîner une sensibilité ou une irritation cutanée dans les espaces occupés par le personnel;
  • Le degré de désinfection peut être excessif (le désinfectant est-il adapté aux soins de santé, par exemple?).

Fréquence de nettoyage

Pour déterminer la fréquence à laquelle vous devez nettoyer une surface de point de contact, un processus en deux étapes est nécessaire.

Évaluer le risque

La grille de stratification du risque

Vous devez quantifier le risque pour éviter la subjectivité

L’évaluation des risques doit être effectuée par une personne qui :

  • Connaît bien les installations;
  • Connaît les taux d’occupation de la zone;
  • Comprend le flot de circulation des visiteurs et du personnel dans l’immeuble, comme l’utilisation des ascenseurs, des zones de rassemblement, etc.;
  • Possède une connaissance générale des types de visiteurs, comme les personnes âgées, les personnes dont le système immunitaire est affaibli;
  • Connaît “les temps de déplacement” et entretient une relation avec le fournisseur de services de nettoyage;
  • Est un propriétaire, un gestionnaire d’installations, un gestionnaire immobilier, etc.

Tenir compte des facteurs propres au site

  • Temps de déplacement;
  • Productivité au pied carré;
  • Heures d’ouverture et de fermeture;
  • Périodes d’affluence et jours fériés;
  • Types de services et d’occupants;
  • Allocation des ressources et budgets;
  • Ingénieurs mécaniciens, ingénieures mécaniciennes des systèmes de commande sur place.

Modification de l’étendue des travaux

Vous devriez modifier l’étendue des travaux en fonction de la fréquence des activités de nettoyage prévues, notamment en contactant votre fournisseur de services pour l’associer à la planification. Votre installation doit établir le champ d’application en fonction “des risques et des ressources” afin d’éviter des recommandations excessives. Une chose importante à faire est de procéder à un calcul des ressources pour déterminer si la fréquence de nettoyage que vous proposez est réalisable afin que vous puissiez fixer des attentes réalistes (ne vous attendez pas à ce qu’un gardien ou une gardienne nettoie chaque entrée, toutes les 15 minutes, s’il faut 20 minutes pour aller d’un bout à l’autre du bâtiment). Cela signifie qu’il faut prévoir les ressources appropriées pour les travaux attendus.

Validation de la fréquence de nettoyage

Voici quelques moyens de montrer aux occupants que l’immeuble a été nettoyé et le moment où cela a été fait :

  • Augmenter la visibilité des préposé(e)s au nettoyage avec des uniformes et le nettoyage pendant la journée;
  • Penser à utiliser des panneaux d’affichage pour des zones particulières afin d’indiquer qu’elles sont “propres”;
  • Créer des journaux pour consigner les périodes d’assainissement;
  • Envisager l’utilisation d’outils de numérisation comme FotoFinish pour horodater automatiquement les zones nettoyées;
  • Pour plus de transparence, faire une vérification de la fréquence et de la qualité du nettoyage;
  • Contacter votre fournisseur de services à propos des applications de contrôle de la qualité ou contacter un fournisseur de services externe pour effectuer des tests de validation.

Utilisation et entretien de l’EPI

Il existe différentes exigences en matière d’EPI (équipement de protection individuelle) pour chaque étape de l’intervention. Dans les situations de pandémie, la disponibilité d’EPI peut devenir rare. Prenez soin de vos EPI afin de ne pas avoir à en utiliser plus que ce qui est nécessaire pour le travail. Déterminez toujours quel EPI est adapté à la situation en suivant les directives opérationnelles.

Étapes à suivre

Port du masque N95

Six étapes pour porter le masque N95

Retrait de l’EPI

L’ordre dans lequel vous retirez votre EPI réduit le risque de contamination. L’importance du lavage des mains est également cruciale pour le retrait d’un EPI. NE touchez PAS votre visage ou vos yeux avec des mains gantées. Vous pourriez être tenté de le faire après avoir porté un masque pendant une aussi longue période.

Les gants sont l’équipement le plus contaminé pendant vos opérations, car ils ont été en contact avec de nombreuses surfaces.

Bien que le risque soit faible, les vêtements utilisés pour les opérations de nettoyage peuvent aussi avoir été en contact avec des surfaces.

  • Ne secouez pas les vêtements après les avoir retirés.
  • Si possible, lavez les vêtements ou placez-les dans un sac séparé pour les laver plus tard.
  • Prendre une douche à l’eau et au savon avant d’entrer en contact avec les membres de votre famille est une bonne pratique générale.
  • Les EPI tels que les lunettes de sécurité et certains masques sont destinés à des usages multiples.
  • Lavez les lunettes de sécurité à l’eau et au savon. Séchez-les avec une serviette en papier propre et rangez-les dans un sac à fermeture à glissière à pression (Ziploc) non contaminé.
  • Débranchez et rangez les filtres des masques, s’ils sont utilisés, dans des sacs à fermeture à glissière à pression pour éviter qu’ils ne soient contaminés.

Comment enlever les gants

Intervention opérationnelle

Niveau 1

Le niveau 1 consiste à nettoyer et à assainir en une seule étape.

  • Si la surface est souillée, repliez le chiffon et essuyez-la à nouveau après le nettoyage pour assurer une application adéquate du désinfectant.
  • Veillez toujours à ce que le chiffon mouille bien la surface lors de l’essuyage afin que le désinfectant entre correctement en contact avec la surface. Trempez le chiffon à nouveau au besoin pour assurer une bonne application.
  • Pour les appareils électroniques sensibles à l’humidité, veillez à ce que le chiffon soit humide et que la solution chimique ne dégoutte pas du chiffon.
  • Il n’est pas nécessaire de sécher manuellement, laissez plutôt les surfaces sécher à l’air libre.

Niveau 2

La principale différence avec une intervention de niveau 2 est que les surfaces sont soumises à un processus de désinfection en deux étapes.

  • Les interventions de niveau 2 s’appliquent généralement en cas d’exposition indirecte sur le lieu de travail, comme lorsqu’un collègue a un membre de sa famille présentant des symptômes et qu’il s’est rendu sur le lieu de travail.
  • Les interventions de niveau 2 sont destinées aux petits espaces. Si l’espace est grand, ou s’il y a un cas confirmé, une intervention de niveau 3 est préférable.
  • Lors de la désinfection, quelle que soit la recherche pour le type de virus ou pathogène, appliquez les produits chimiques de manière à ce qu’ils restent humides pendant le temps de contact requis pour le produit chimique.
  • Cela signifie qu’après le nettoyage et la désinfection effectués en une étape, vous appliquez à nouveau le désinfectant sur les surfaces non poreuses de manière généreuse afin qu’elles puissent rester humides pendant une période plus longue.
  • Continuez vers d’autres zones pendant que la zone traitée reste humide.
  • Il peut être nécessaire de retourner dans les zones pour enlever l’excès d’humidité ou laissez sécher à l’air libre si la réouverture des installations n’est pas urgente.

Niveau 3

  1. Le superviseur vérifie s’il y a du personnel symptomatique et l’exclut des opérations de nettoyage.
  2. Il faut prévoir une réunion d’orientation, car la séquence des opérations peut changer après avoir compris la disposition des lieux.
  3. Le superviseur effectue une évaluation préliminaire des lieux en circulant dans la zone (en tenue de protection complète).
    Il patrouille dans la zone touchée pour assigner et planifier les tâches.
    Le superviseur déterminera les zones nettoyables et désignera ou isolera les équipements de nature délicate qui ne peuvent être humidifiés.
  4. Ensuite, l’assainissement séquentiel des points de contact et des zones connues ou affectées est effectué.
    Commencez par les zones les moins contaminées et terminez par les plus contaminées (ou bien utilisez des équipements séparés).
    Les surfaces sont essuyées avec un désinfectant et de la force est utilisée pour appliquer une friction et enlever la poussière, les débris, les souillures, les biofilms, etc.
    Dans la mesure du possible, les objets sont déplacés et désinfectés, comme les claviers, les souris, les téléphones, etc.
    Il n’est pas possible de désinfecter le papier ou les objets délicats. Si possible, enlevez-les ou déplacez-les.
  5. Traitement complémentaire avec désinfectant.
    Selon la taille de la “zone touchée”, un brumisateur électrostatique ou une autre méthode sera utilisé pour recouvrir la surface d’une solution désinfectante.
    Les marqueurs aident à l’efficacité, mais parfois n’adhèrent pas à une surface humide, appliquez-les plutôt au sol.

La principale différence avec une intervention de niveau 3 est l’application subséquente d’un produit chimique avec un équipement spécialisé et des contrôles avec un EPI. Les interventions de niveau 3 s’appliquent généralement lorsqu’il y a un cas confirmé. Lorsque nous ne connaissons pas les zones touchées par la personne infectée ou ne savons pas où les gouttelettes ont atterri, nous ciblons alors autant de zones accessibles que possible.

Postdécontamination – Procédures de base

À la fin de vos opérations, vous devez prendre en compte les points suivants:

  • Considérations relatives à la qualité – Vous devez vérifier que le travail a été effectué conformément au programme établi afin d’éviter d’avoir à revêtir à nouveau un EPI et à refaire les zones manquées
  • Retrait de l’EPI – Les étapes de retrait de l’EPI doivent suivre une séquence pour éviter de se contaminer ou de s’infecter
  • Hygiène personnelle – Enfin, même avec les meilleures précautions, l’hygiène des mains et l’hygiène personnelle sont une étape nécessaire

Qu’est-ce que “Propreté en Santé”?

Le monde a changé et GDI estime qu’il est temps de commencer à mettre en œuvre des protocoles de nettoyage améliorés. Notre objectif n’est pas seulement de nettoyer pour l’apparence, mais aussi de nettoyer pour la santé.

Plus d’informations